Autres manifestations

Sarah Mazouz - La République et ses autres

Sarah Mazouz, membre du projet Global Race, présentera son ouvrage La République et ses autres : politiques de l’altérité dans la France des années 2000, le 6 décembre 2017 à 18h30 au café librairie Michèle Firk situé au 9, rue François Debergue à Montreuil.

 

 

 

 

 

Conférence par Carole Reynaud-Paligot : "La racialisation des identités d’hier à aujourd’hui"

Membre du projet Global Race, l’historienne Carole Reynaud-Paligot a donné une conférence intitulée "La racialisation des identités d’hier à aujourd’hui" le 22 novembre 2017, dans le cadre de l’exposition "Nous et les autres, des préjugés au racisme" au Musée de l’Homme. 

L’étude de la racialisation des identités dans le passé nous dévoile les mécanismes et les acteurs de ces processus. Elle peut nous aider à mieux comprendre les phénomènes d’ethnicisation/racialisation dans la société française d’aujourd’hui.

 

Entretien avec Sarah Mazouz : « Les dynamiques de racialisation sont tues par les pouvoirs publics »

Sarah Mazouz, membre du projet Global Race, est revenue dans un long format le 17 novembre 2017 sur l’enjeu clé de l’altérité dans la société française pour le site MeltingBook.

Extrait : "Quand je dis « racial », j’entends par là un rapport de pouvoir spécifique produit socialement – comme la classe ou le genre. Ces processus de racialisation varient d’une époque à l’autre mais ils permettent dans le cas d’une société donnée de placer certains de ses membres dans une position inférieure ou subalterne en justifiant cela par l’altérité – supposée radicale – de leur origine. Parler de racialisation, cela permet de mettre en évidence des processus qui changent d’une époque à une autre, qui ne visent pas toujours les mêmes groupes, mais qui concourent systématiquement à leur infériorisation. C’est aussi une notion qui sert à voir comment le racisme a sédimenté dans les catégories de perception, même chez des personnes qui n’adhèrent pas activement à une idéologie raciste, et comment il peut continuer d’influer sur la manière dont certain.e.s sont perçu.e.s et, de ce fait, assigné.e.s."

 

 

Présentation de l’ouvrage "La République et ses autres" de Sarah Mazouz

Sarah Mazouz, membre du projet Global Race a présenté le 25 avril 2017 son ouvrage La République et ses autres (ENS Editions) au Lieu-Dit, à Paris.

Résumé de l’ouvrage

La France a-t-elle peur de ses autres ? En revenant sur les discours et les pratiques qui se formalisent depuis une quinzaine d’années, Sarah Mazouz interroge les « politiques françaises de l’altérité ». À partir d’une double enquête ethnographique conduite dans les dispositifs étatiques de lutte contre les discriminations raciales et dans les bureaux de naturalisation d’une grande ville de la région parisienne, elle montre comment s’articulent dans l’espace social immigration, nation et racialisation. Par l’analyse de ces deux politiques publiques, elle questionne les processus d’inclusion et d’exclusion à l’intérieur même du groupe national (via l’examen des modalités prises par l’anti-discrimination) et à l’extérieur, entre le national et l’étranger (à travers l’étude des pratiques de naturalisation). Ce faisant, elle s’attache à saisir la relation paradoxale qui lie la République à ses autres et les logiques plurielles qui concourent à la production de l’ordre national.

Table des matières

Introduction générale

Chapitre 1. Les discriminations raciales en question. Retour sur une reconnaissance inachevée

Chapitre 2. Les politiques de la discrimination. Limites et ambivalences de l’État

Chapitre 3. À l’épreuve de la nation. Pratiques administratives et expériences de la naturalisation

Chapitre 4. Français, et pourtant autres. Les cérémonies de naturalisation ou les paradoxes de la catégorie de naturalisé

Conclusion générale 

 

 

De l’exposition "Téléphone Arabe" au Web Documentaire "On se la raconte !"

Exposition "Téléphone Arabe" © Ali Guessoum

 

L’association Remembeur a monté une exposition itinérante intitulée "Téléphone Arabe". En jouant de l’humour et du second degré, cette exposition donne à voir les préjugés et stéréotypes qui concourent à la racialisation des personnes perçues comme arabes ou comme noires et aux discriminations qu’elles subissent dans la société française. Un bus-studio accompagnait l’exposition. Y étaient diffusés plusieurs courts métrages d’animation sur ce thème tandis que des spectateurs et spectatrices étaient invité.e.s à venir parler de l’exposition dans un mini studio en étant filmé.e.s : ainsi est né le Web documentaire en cours de montage "On se la raconte !"

Dans le cadre des activités du programme Global-Race, une version de travail du documentaire a été projetée à l’INED le lundi 27 février 2017 en présence de la réalisatrice, Nassima Guessoum, et du fondateur de Remembeur, Ali Guessoum, de façon à recueillir les réactions des participant.e.s et à engager un débat sur le film et les expériences relatées.